mercredi 19 décembre 2012

« Coupures » dans le budget des organismes à Gatineau : rétablissons les faits!



Dernièrement, c’était la période budgétaire à la Ville de Gatineau. Évidemment, lorsque l’on s’engage dans cet exercice, il faut s’attendre à ce que les visions et valeurs de tous s’affrontent et se confrontent. Chacun prêche pour sa paroisse et tous espèrent obtenir le meilleur budget possible pour les citoyens qu’ils représentent. Il arrive à l’occasion que les discussions autour de la table s’animent, les esprits s’échauffent et les discours s’emportent… Les gens se choquent et s’accusent mutuellement et parfois, cela donne lieu à de la désinformation (volontaire ou non) de la part d’un camp ou de l’autre. Au sujet de l’argent dédié aux organismes communautaires qui aurait soi-disant été coupé du dernier budget, je pense qu’il serait judicieux de rétablir les faits et c’est que je veux m’employer à faire ici.
Soyez assurés  que je partage les mêmes préoccupations que vous à l’égard des associations de notre ville, du développement socio-économique, ainsi que des personnes fragilisées.  Je siège au comité permanent du développement social et économique à la Fédération canadienne des municipalités et je préside la Commission permanente sur l’habitation à la Ville de Gatineau. Avant d'être élue au Conseil municipal de Gatineau, j'œuvrais dans le monde communautaire et j’ai travaillé pendant quelques années dans un centre d’hébergement pour femmes victimes de violence comme coordonnatrice de levées de fonds.  Vous pouvez avoir confiance en moi lorsque je dis que je suis une personne qui comprend très bien les besoins toujours grandissants des organismes communautaires. Je sais que les besoins augmentent beaucoup plus vite que le financement!

Les sommes d'argent libérées du dernier budget ne sont pas des sommes affectées à la mise en place, ni au soutien des services à la communauté. L’exemple que je peux vous donner est le suivant : Comme au gouvernement fédéral, les départements se voient  allouer un budget pour des ateliers, de la formation, des consultations et autres.  À la fin de l’année, tous les Services s’empressent d'utiliser les sommes pour ne pas les perdre, mais il arrive que ce ne soit pas les cas et qu’il reste de l’argent.  À la Ville, nous n’avons jamais imposé aux Services l’utilisation complète de leur budget et nous avons toujours reconduit les même sommes, au complet, année après année. Donc, le montant de 1,5 M$ n’a pas été « coupé », il représente ce qui  reste à la fin de l’année et qui n’a pas été utilisé.  Voilà d’où provient l’argent. D’un « surplus » et non d’une « coupure ».

De plus, le cadre de soutien aux organismes sera augmenté de 250 000$ cette année ainsi, qu'en 2014, pour un total annuel de 500 000$. En 2015 le total sera encore augmenté à 750 000$.  Nous avons à cœur le développement de la Ville dans tous ses aspects et pour cette raison nous avons investi plus de 3,5M$ en argent neuf aux Services aux citoyens.

Alors voilà les FAITS, tels qu’ils sont. Vous savez que je suis complètement indépendante et que mes réflexions et actions au sein du Conseil municipal ne sont jamais guidés par la partisannerie, mais bien par le désir de faire ce pour quoi on m’a élue : représenter TOUS les citoyens.

Cela dit et pour poursuivre à propos des organismes communautaires, bien sûr, ce serait incroyable si demain matin, les gouvernements doublaient les subventions, mais on ne peut pas toujours avoir le réflexe de s’en remettre au financement public. Je crois fermement que c’est toute la communauté qui devrait se mobiliser lorsque les besoins se font sentir. Je pense qu’il serait intéressant de diversifier les sources de financement en allant chercher une plus grande participation du privé. On peut penser aussi à des mesures pour faciliter et encourager l’économie sociale. Et les citoyens peuvent aussi jouer un rôle intéressant à titre personnel. Saviez-vous que, à Gatineau, il y a plus de 71 500 bénévoles qui consacrent en moyenne de deux à trois heures par semaine au bénévolat? Bien sûr, ce n’est pas du financement à proprement parler, mais cela représente une économie incroyable en salaires pour les organismes. Imaginez tout ce qu’ils arriveraient à accomplir de plus si demain matin, le nombre de bénévoles doublait!

Vous désirez échanger avec moi sur ce sujet? N’hésitez pas à me joindre par courriel à goneau.sylvie@gatineau.ca, ou encore sur Facebook ou Twitter. Au plaisir!

                

lundi 19 novembre 2012

Budget 2013 et discussions animées au Conseil municipal


Il va sans dire que la dernière semaine au Conseil municipal n’était pas facile.  Une préface à l’année électorale qui nous attend? Peut-être, mais personne ne souhaite être pris en otage par les jeux de puissance des futurs candidats à la mairie.

Je prends mes distances et je regarde les vrais enjeux et les problèmes à résoudre. Mais avant tout, je dois avouer que le budget est bon dans le sens qu’il remplit sa mission. Il pouvait certainement prendre un virage plus social et les organismes communautaires ainsi que nos citoyens fragilisés en auraient récolté les bénéfices, mais cela n’a jamais été l’objectif du budget, ni du maire actuel, tel qu’illustré lors de sa dernière campagne électorale.

Il est important de faire des énoncés clairs et vrais lorsque l’on revendique des idées d’oppositions.  Il faut aussi connaître les initiatives en place ou en cours d’action. Je crois sincèrement que le manque de vision d’ensemble est à la base de la discorde au Conseil municipal de Gatineau.

Il faut rassembler les idées, les besoins, les intérêts et les élus  pour en faire une vision commune.  Je suis convaincue que la Ville doit arrimer et orienter ses politiques, ses commissions et les comités vers des objectifs communs. 

Je crois qu’il est possible qu’une ville rencontre son mandat premier de fournir de l’eau potable, des égouts sanitaires, de la sécurité grâce aux policiers et aux pompiers et des infrastructures pour le transport.  Elle peut aussi offrir des loisirs, des sports, de la culture et tout autre service qui aide à l’épanouissement et au sentiment de bien-être de la population.  Mais elle est aussi capable de soutenir la lutte contre la pauvreté via la politique d’habitation (déjà en cours), la politique de développement sociale (déjà en cours), la politique alimentaire avec l’agriculture urbaine (à l’étude) et un plan de développement d’économie sociale (aucune mesure entreprise).

Il s’agit de donner une place à tout et de se doter d’une vision stratégique, complète et globale.  Ceci est facilement atteignable lorsque le leadership est soutenu par une personne de vision et d’action qui prend sa place. Gatineau a besoin d’une équipe qui partage ses valeurs. Nous avons besoin d’un Conseil qui représente la diversité de notre population; plus de femmes et des personnes de culture différentes avec des besoins différents. Je garde mon objectif d’augmenter la participation des femmes en politique municipale et de travailler à la mise en place d’une nouvelle vision pour Gatineau. J’invite les gens de chez-nous à prendre leur place.

Moi je prends toute ma place!




jeudi 4 octobre 2012

Destination-Gatineau

Ma vision du projet Destination-Gatineau/Tout-Gatineau, est une bonification des deux propositions actuellement sur la table: Je propose d'étendre ce que le maire propose jusqu'au secteur Gatineau et Aylmer via les berges de la rivière des Outaouais.

Selon ma perception, la "phase un" va jusqu'à Aylmer et est déjà réalisée, il s'agit de la piste cyclable. Nous pouvons déjà partir du "Destination-Gatineau" proposé par le maire et aller jusqu'à la Marina d'Aylmer (qui a seulement besoin d'un peu d'amour pour atteindre son plein potentiel) avant même de penser à en construire une nouvelle dans le secteur du Centre ville. C'est ce qui est demandé par les conseillers d'Aylmer depuis longtemps.

Puis, nous pourrions compléter avec le projet des berges tout le long du parc Jacques-Cartier avec la revitalisation de la rue Jacques-Cartier, qui est déjà engagée en tant que "phase deux". et ainsi de suite. C'est un peu aller chercher la partie proposée par Action-Gatineau, mais en modération. Un site interlié par une thématique, la rivière.

Ma proposition c'est aussi que l'archéologie ait une place importante dans le projet. Ce serait quelque chose qui permettrait de voir le site se transformer avec les années et puis qui inciterait les gens à revenir vers le site plusieurs fois pour le revisiter et y participer.

Suite au colloque Revitalisation des rues principales à Québec, nous avons affirmé qu'un projet touristique de revitalisation doit en premier lieu être identitaire et créé pour les citoyens. Donc avec ce projet nous aurions l'opportunité d'impliquer les écoles et l'Université du Québec en Outaouais via des programmes d'études orientés vers l'archéologie, l'anthropologie et nous pourrions même aller aussi loin que recréer le site de rassemblement des Premières nations.

La possibilité que "Fêtes et festivals" développe un festival identitaire qui mettrait en valeur nos racines avec les Premières nations serait très intéressant et réaliste. Ceci pourrait attirer des touristes qui verraient différentes nations autochtones se rassembler en canot et peut-être même assister à un Pow-Wow traditionnel plutôt que se rendre sur des sites dans d'autres villes pour voir des reconstitutions semblables. Après tout, noud avons déjà découvert ce site dans une fouille.

Nous devons grâce à ce projet déterrer nos racines, créer un nouveau lieu d'appartenance aux Gatinois, enseigner l'histoire aux nouveaux arrivants, aux touristes et aux citoyens. Notre histoire identitaire qui pourrait faire référence à la période de la drave, des descentes de pitounes, de Jos Montferrand, etc.. On doit y rassembler les nations qui ont fait notre région. Et pour cela, je crois que ça mérite un peu plus qu'un musée identitaire comme le propose le projet Destination-Gatineau.

Lors de mes rencontres avec les gens de la société d'archéologie de l'Outaouais, ils m'ont affirmé que le potentiel archéologique de l'Outaouais est une véritable mine d'or. Ce serait un peu étrange de planter des fleurs par-dessus une histoire qui doit être déterrée et découverte, non? Une histoire qui en elle-même serait un jardin extraordinaire.

Je vous invite à participer en grand nombre aux consultations publiques; ensemble nous pourrions découvrir un nouveau Gatineau.

Sylvie