vendredi 10 octobre 2014

(7) Mon voyage en Afrique avec la Fédération canadienne des municipalités


Vendredi le 3 octobre, déjeuner à l’hôtel Canne à sucre, un endroit prisé par les voyageurs pour sa cuisine française. 

Nous commençons la journée en lion dans une réunion avec le maire de Banfora et plus de 20 personnes de toutes les sphères d’activités du programme : récipiendaires, représentants d’association, personnages politiques.


 Des entrepreneurs très impliqués

Dans cette ville, le programme bat son plein, la culture entrepreneuriale est intégrée dans le langage, dans l’action, et surtout, dans une vision. Ici comme ailleurs, les femmes dominent le marché de la transformation des produits agricoles et gèrent aussi le point de distribution. Les initiatives de développement économique sont divisées en trois axes : l’agriculture, le tourisme et les PME. Un comité de concertation regroupe un responsable et des élus pour chaque axe. Pour concrétiser les initiatives, ils doivent soutenir, promouvoir et régler les problèmes qui surviennent. C’est un partenariat entre les deux instances pour mener à terme les projets et assurer la pérennité du programme. Voilà une combinaison gagnante digne d’être reproduite dans notre ville !

Beloeil et des crocodiles

On nous remet deux dépliants touristiques produits avec l’aide de la municipalité de Beloeil, partenaire municipal pour cette commune.

La première annonce les cascades de Karfiguela et l’autre le lac aux hippopotames de Tengrela. Je placerai les informations sur mon site internet pour les voyageurs. 

Je suis déçue que les hippopotames ne soient pas visibles à la fin de la saison des pluies, mais ainsi va la vie africaine! Nous avons tout de même visité des huttes, et vu des crocodiles.










Le 8 mars revient à la femme, comme chez nous

Retour sur la rencontre. On parle de la foire économique en préparation et un entrepreneur soulève la problématique du 8 mars : « Le 8 mars est la journée de la femme et nous sommes en congé pour permettre à la femme de passer du temps en famille et profiter de sa journée. Nous devons changer la date pour nous assurer qu’elles seront aussi présentes. » 
J’ai immédiatement pris la parole : «  Vous avez la journée de congé ? Vous prenez encore le devant. Félicitations à vous tous pour reconnaître la contribution des femmes dans vos communautés! »   

Nous continuons sur le terrain avec des visites d’entreprises récipiendaires des fonds DEL. Visite d’un tailleur, d’un menuisier et des nouveaux locaux du Centre de développement économique de la ville.

Toussiana, ville magique au jardin urbain

Nous prenons la route pour notre prochaine rencontre à Toussiana, une ville où l’ambiance est magique ! Le maire était très heureux de nous accueillir avec son secrétaire général et son adjoint. Notre première visite est au jardin urbain, point focal de la ville, et à l’usine de transformation. Quel beau projet que cette combinaison d’agriculture et de développement économique et social. 


Nous avons rencontré plus de 20 participants sur la soixantaine de jeunes, de femmes et d’hommes au travail dans cet immense potager. Les femmes vont vendre les denrées au marché et une partie des bénéfices retourne à l’investissement économique et aux familles qui participent. 

Dans le jardin poussent des choux, des tomates, des concombres, du riz pluvial et tant d’autres variétés.














200 emplois à la transformation des aliments

La deuxième visite se fait à une des 8 usines de transformation de fruits et de légumes. 

Nous sommes étonnés de l’ampleur et la qualité des 
équipements dans cette usine où nous trouvons une vingtaine de séchoirs et trois gros tunnels dévoués au séchage. 




Un des défis est de diversifier la production pour que l’usine fonctionne plus que 4 mois. Plus de 200 emplois sont générés par ces usines qui transforment, entre autres, la mangue et la banane. 

C’est excitant d’entendre un maire décrire avec tant de passion les initiatives dans sa ville. Il est un homme qui habite sa commune, à l’écoute de ses citoyens et de leurs besoins, un aide réel à l’innovation. 

De retour à l’hôtel de ville, on nous a agréablement surpris avec un délicieux repas. Une belle journée de rencontre que nous terminons en partageant riz et poulet. Puis, le retour sur la route de Bobo-Dioulasso.

Demain la journée sur la route débute à 7 h 30, bonne nuit.


mardi 7 octobre 2014

(6) Mon voyage en Afrique avec la Fédération canadienne des municipalités

La nuit a été courte et je suis en retard pour le petit-déjeuner. Je dévore une omelette nature sur une baguette, trois gorgées de café noir et nous reprenons la route à 6 h 30. 

Jeudi 2 octobre, nous quittons Sikasso pour se rendre à Kadiolo, Mali. La ville de Sikasso compte environ 500 000 personnes, toute une différence avec Kadiolo, une commune rurale près de la frontière de la Côte d’Ivoire. La vie est plus difficile lorsqu’on s’éloigne des grands centres urbains.





Marché aux briques rouges

Sur la route pour Kadiolo, nous prenons un temps d’arrêt pour visiter le marché régional financé par les Suisses. Il ne sera pas utilisé jusqu'à l'inauguration qui tarde.


La construction est bien terminée, mais il a fallu des réparations à cause de l'utilisation de briques fabriquées avec de la terre rouge, avec les pluies plusieurs structures se sont effondrées. Pour résister à la saison des pluies, les briques doivent être de ciment et de sable. Les erreurs arrivent partout, pas juste chez-nous!



Un accueil chaleureux à Kadiolo

À notre entrée à Kadiolo à 9 h, le maire, le secrétaire de la Chambre de commerce, des membres du Comité aviseur, le président de la Chambre d’agriculture et celui de la Chambre des métiers et le Responsable du point focal des genres sont tous présents pour nous accueillir. Plusieurs coopératives commerciales, qui existent surtout en agriculture, nécessitent un soutien pour leur pérennité et pour générer plus de retombées économiques. 


Les femmes entrepreneuses 
transforment la noix de karité

Je remarque que l’activité agricole sous forme de coopératives est plus souvent exercée par les femmes avec des biens-faits économiques et sociales. Notre programme a permis à la ville de Sikasso de soutenir 20 coopératives, dont la transformation du beurre de karité par des femmes entrepreneuses.


Les sujets de la rencontre adresse la révision des budgets et du plan de travail. Ce plan est très ambitieux, mais l’AMBM soutient cette commune pour l'atteinte de ses objectifs. Parmi les dossiers, la consolidation agricole et la formation des femmes qui assainissent le marché. Après la réunion, nous visitons quelques démonstrations de projets. 

C’est ici que l’équipe se sépare, nos collègues Bruno et Mohamed retournent à Bamako pour repartir au Canada. Bruno prendra une journée de plus suite à l’annulation de son vol, mais retrouvera ses proches le lendemain.



Pour notre part, nous poursuivons notre route jusqu'au Burkina Faso heureusement accompagné de Sori qui nous facilite la traversée des 4 barrières frontalières. Aujourd’hui, notre horaire est chargée, nous avalons un dîner frugal de barres tendres, fruits séchés et noix dans l'auto pour arriver à 15 h à Orodara, 190 km plus loin

À Orodara, notre chauffeur et Sori, notre collègue Malien, doivent retourner au Mali. C’est toujours difficile de saluer des collègues surtout après une telle mission si loin de la maison! Pour notre part, nous devons rencontrer Aglaé pour la continuité de notre mission au Burkina Faso. Mme Aglaé Doumba est la responsable du projet à l’Association des municipalité du Burkina Faso.



L’agriculture : au cœur de la discussion

Le jeune maire nous accueil chaleureusement comme c'est coutume dans ces pays Africains. La salle est comble et les discussions sur les projets et le budget sont positives.  Nous pouvons constater que l’essence du programme est voulu et soutenu. L’agriculture est au cœur de la discussion, l’entretien et le vieillissement des arbres fruitiers est une importante problématique. Un projet de formation payante est en développement, cette initiative est prise de la ville de Vancouver.  







Projets pour les jeunes

Finalement, on nous explique un projet jeunesse mis en place pour 20 jeunes dans la région d’Obassin. Une analyse est faite pour cibler les métiers manquants dont la commune a besoin. Par la suite, 20 jeunes ont reçu une formation dans 5 corps de métiers. Ils sont tout de suite mis au travail et offrent même certains services bénévolement. Ils sont formés en peinture, plomberie, électricité pour en nommer que quelques uns. 










Après cette visite, nous filons jusqu’à Banfora où nous prenons le souper vers 20 h en compagnie du maire de cette belle commune. Puis, c'est dodo. Demain, une autre grande journée de route nous attends avec un départ à 7 h 30.                 

lundi 6 octobre 2014

(5) Mon voyage en Afrique avec la Fédération canadienne des municipalités

Vendredi 3 octobre. De Sikasso, nous sommes allés rendre visite à un menuisier de Banfora au Burkina Faso, à quelques heures de route au sud de la frontière du Mali.



Un menuisier bien équipé

Grâce au programme PMDE, Partenariat municipal développement économique, un menuisier a pu obtenir un prêt de 1 000 $ cnd pour l'aider à faire l'achat d'un planeur à bois de qualité pour son entreprise de fabrication et de vente de meubles de Banfora. Il a mis la différence pour cet achat. 





Un coup de pouce à sa petite entreprise

Avant l’achat du planeur, en plus de lui-même, il avait deux employés. Depuis, son chiffre d'affaires a augmenté et il a dû embaucher deux autres employés. L'atelier de menuiserie fabrique et vend des portes, des lits, des tables et autres meubles.

Il aura maintenant la responsabilité de faire ses remboursements pour que la DEL puisse lui reprêter de l’argent. Ainsi, la roue continue à tourner

Le Canada, ministère des affaires étrangères, du commerce et développement économique (MAECDE) finance le programme PMDE, Partenariat municipal développement économique. 

La FCM a libéré des sommes d’argent pour que les DEL, l’équivalent de nos CLD au Québec, puissent soutenir les entrepreneurs dans leurs initiatives d’affaires. Ces argents sont prêtés aux entreprises pour augmenter l’offre d’emploi et la richesse économique de la région. 

Comité pour évaluer les demandes de prêts

C’est la première fois que le Ministère permet que des argents soient utilisés ainsi. Pour les DEL, ceci leur donne la capacité de fonctionner comme nos Centres de développement économique et ainsi soutenir véritablement le développement économique de leurs communes. 

Chaque commune a un comité aviseur qui évalue les demandes de prêts. Ce comité est formé d’entrepreneurs, de présidents de chambres de commerce ou de métiers, de politiciens et de gestionnaires du programme pour n'en nommer que quelques uns. 

dimanche 5 octobre 2014

(4) Mon voyage en Afrique avec la Fédération canadienne des municipalités


Mercredi le 1er octobre. Notre départ se fait à 6 h du matin pour Sikasso. Nous avons 6 heures de route à faire avant notre rencontre de mise à jour. En route pour le pont qui relie les deux rives du fleuve Niger, je prends plaisir à revoir la ville et ses habitants. Bamako est la capitale du Mali où habitent plus de 2.5 millions d’individus. 


Tout le Mali est très matinal

Toutes sortes de véhicules - camions, ânes, bicyclettes, voitures - circulent sur toutes les routes sans exception. Même les poules ont leur moyen de transport! C’est impressionnant de voir tous ces gens circuler, travailler et échanger sur le bord des routes. À cette heure matinale au Mali, tout le monde est à l’extérieur et tout le monde se voisine.



Sikasso, les responsables du programme


Arrivés à Sikasso, nous allons à la rencontre du maire et des personnes responsables de la mise en place du programme, ainsi que certains responsables d’organismes. 



Voici Sori, le chargé de projet de l'AMM responsable pour le Mali. Il s'occupe de préparer les rencontres et l'atelier et de nous accompagner tout le long de notre voyage.







Remise de chèques 

Il est intéressant d’apprendre que Sikasso a une chambre de commerce et une chambre des métiers, ce qui est peut-être quelque chose à reproduire chez nous. J’ai l’opportunité d’échanger sur les besoins de soutien à l’entrepreneuriat féminin et de remettre des chèques du fonds de soutien de la DEL (le centre développement économique).



Des femmes entrepreneurs

À mon grand plaisir, deux des quatre entrepreneurs sont des femmes dynamiques. Les entrepreneurs utiliseront ces fonds pour l’achat d’équipement et la création de nouveaux emplois. On élaborera une entente de remboursement de l’argent avec les entrepreneurs. 










Entreprises de transformation de fruits et légumes

Nous visitons trois projets de démonstrations (d’entreprises) qui ont reçu des fonds du programme PMDE par le passé. Pour visiter l’Entreprise Diallo, séchage et exportation de fruits et légumes, nous devons même changer de souliers à l’entrée :)





Chez Mme Coublibaly, une entreprise encore en démarrage, on fait la transformation du jus de mangue. Le problème est souvent le manque d'un fonds de roulement.






Avant d'aller à l'hôtel, nous visitons le très beau Musée culturel de Senoufo.









Nous nous installons à l’hôtel vers 18 h pour le souper, le courriel et la rédaction d’articles pour mon blogue. Le départ demain matin se fera à 6 h 30.

Bonne nuit.

(3) Mon voyage en Afrique avec la Fédération canadienne des municipalités

Mardi matin 30 septembre, dernière journée de l’atelier et de notre séjour à Bamako. Nous avons débuté à 8 H 30 avec l’atelier des analyses du travail réalisé. Notre intention est de voir comment on pourrait reproduire les bonnes initiatives dans d’autres communes.

Les 8 maires

Les maires des 8 communes travaillent sur le corridor économique grâce à notre programme de PMDE. 

Pour ce faire, nous devons extraire les informations sur les actions que les gens d’affaires et les politiciens ont faites. Pascal anime cet atelier et je prends part au travail comme soutien à la table de l’Entreprenariat féminin. Je suis certaine que ceci ne surprend personne! 




À la fin de l’avant midi, cinq grands sujets sont définis et les participants peuvent prendre l’information pour finaliser la documentation sur les meilleures pratiques.






Remise de cadeaux

Tout comme le président de l’AMM, j’ai prononcé un discours de clôture pour ensuite remettre des cadeaux : une clé USB avec des photos de Gatineau, un CD de musique de Gatineau, un stylo et une écusson. Les photos devraient être visibles pour tous sur le site de l’AMM.
L’atelier s’est terminé à l’heure du dîner et nous avons profité de ce congé pour retourner à l’hôtel à pied. 

L'odeur du charbon et du bois

La chaleur est surprenante de même que les infrastructures manquantes ici et là. L’odeur du charbon de bois parfume l’air toute la journée et la soirée. Les rounds points ont presque tous un monument au centre. Vous croyez que nos ronds-points sont désorganisés!



Malgré la pauvreté et les différences apparentes, les Africains ont un grand amour pour la vie et pour les gens qui leur rendre visite : nous sommes accueillis avec des sourires et de bons vœux partout où nous allons.    

Nous avions prévu faire une visite guidée avec un citoyen de la ville, mais son auto est tombée en panne et nous sommes restés sagement à l’hôtel. Là, nous avons connu notre première grosse tempête de pluie avec éclairs et c’est pareil comme chez-nous. Souper au restaurant Thaï à côté de l’hôtel et dodo très tôt, car demain nous prenons la route à 6 h 30.

Bonne nuit !
Sylvie