jeudi 27 août 2015

Des micros réseaux utilitaires : moyens durables de transport


Le 25 août 2015, le conseil municipal de Gatineau a voté pour un comité de transport et j’en suis très fière.  Je considère que le travail que j’avais débuté en 2009 est finalement accompli.  Il était facile pour moi de constater cette lacune à Gatineau suite à mon travail pour la ville d’Ottawa et, plus précisément, pour le conseiller municipal qui présidait ce même conseil pour notre ville voisine. 

C’est avec intérêt et en connaissance de cause que j’ai toujours pris part aux discussions sur le vélo et les transports actifs dans notre ville. L’ancien conseil ne s’était jamais vraiment montré favorable à un tel comité, mais l’arrivée de 12 nouveaux élus a fait en sorte que Gatineau s’est finalement doté d’un comité s’y affectant.

J’avais personnellement fait la demande auprès du maire, lors de notre rencontre sur les comités et commissions, de mettre sur pied une commission des transports.  Le maire a préféré remettre le dossier à une autre personne et je suis toute à fait à l’aise avec son choix. Autrement, j’aurais voté contre. Je suis confiante que mes collègues les conseillers Champagne, Carrière et Duggan veilleront à mettre sur pied des actions concrètes pour améliorer nos réseaux de transport actif.

Pendant mes vacances, je me suis intéressée au succès des modèles scandinaves. Il s’avère que ces succès sont attribuables à la proximité entre les lieux de résidence des travailleurs et  celui de leur travail (ce qui n’est vraiment pas le cas pour la ville de Gatineau). Pour cette raison, il faut s'assurer de développer des micros réseaux  utilitaires qui répondent bien aux personnes qui voyagent du centre-ville aux édifices fédéraux, des employés des centres hospitaliers, des travailleurs qui demeurent à proximité des grandes entreprises. Il nous faut prioriser les réseaux scolaires et travailler en collaboration avec Loisirs Outaouais, qui a déjà des ententes et des initiatives en place avec certaines écoles primaires (dont l'école l’Escalade dans mon district). De plus, il prime de répondre aux demandes des étudiants, comme c’est le cas de ceux de la polyvalente Nicolas-Gatineau. Cela nous assurera un succès immédiat et créera de facto des saines habitudes de vie dès l'enfance et l'adolescence.

Un article du journal Le Droit de 2013 évoque l’ancienneté de ma position sur le sujet: «Je le répète et je le revendique depuis 2009, clame Mme Goneau. Ce comité est nécessaire. Il faut un endroit où nous pourrons aborder toutes les questions concernant, par exemple, le transport en commun, le vélo, l'automobile, les piétons, le stationnement et le déneigement. Ce sont tous des éléments qui sont reliés.» L’article complet est disponible sur ce lien : http://www.lapresse.ca/le-droit/actualites/ville-de-gatineau/201311/15/01-4711053-goneau-veut-un-comite-des-transports.php.

Nous devons aussi nous assurer d'inclure tous les aspects au travail du nouveau coordonnateur. Sa description de tâche relève beaucoup d’éléments touchant le vélo comme mode de transport, mais ne place pas suffisamment l'emphase sur les autres modes de déplacements durables. Le piéton, le vélo, le segway, les plateformes robotisées (qui font leur apparition sur les rues des grandes villes), les triporteurs et quadriporteurs, pour n’en nommer que quelques-uns, sont tous des moyens qui méritent une attention de la part d’un coordonnateur des transports.

Le dernier élément que l'on devrait retrouver est l'arrimage, la combinaison de ces modes de transport. Dans les déplacements des travailleurs, il faut tenir compte des distances en auto, des transferts d’autobus, des taxis, sans oublier les vélos en location et les distances comblées en tant que piétons.

Somme toute, une bonne nouvelle pour la ville, qui fait un pas en bonne direction. Bon travail tout le monde!
 
Sur le même sujet :