lundi 12 septembre 2016

Excellente expérience au Forum mondial de l'économie sociale!


Voici le compte-rendu de ma participation au Forum de la semaine dernière. 

Si la première journée s'est définie avec pensons mondial et agissons local, la deuxième parlait surtout des circuit courts.  Bamako, comme plusieurs villes d'Afrique, fait face à des enjeux de taille. Le commerce informel limite les entrées de taxes et de ce fait, la capacité du gouvernement à agir sur la cueillette d'ordures, l'accessibilité à l'eau potable, la circulation et autres services attendus d'une municipalité. 

Le développement social assure que les ressources économiques mises en place demeurent dans la région en plus de bénéficier à la communauté.

J'ai assisté à l'atelier qui analysait la ville urbaine face à la ruralité. C'est un enjeu dans plusieurs centres urbains canadiens et même à l'intérieur d'une même frontière municipale comme Gatineau. Comment mesurer l'impact de la ruralité, ou l'agriculture sur le centre urbain? Il était fort intéressant d'entendre que le gouvernement québécois se pose les même questions et offre des réponses à cette question. Dans un contexte local pour nous à Gatineau, il faut réaliser que la ville obtient une plus grande valeur ou ristourne économique des MRC avoisinantes. La question qui est le leader économique de qui, se pose très bien au niveau régional. Dans cet exercice de défaire les mythes, on nous enseigne l'importance d'évaluer l'activité générée par le rural par rapport aux services consommés en ville par ce dernier. 

Le maire de Baie-St-Paul nous parle d'inclusion et le budget participatif de la journée précédente revient dans sa présentation. C'est une initiative que j'aborderai à l'étude du budget cet automne. À ce sujet, la ville de New-York a réussi avec un budget participatif à amener de nombreux New-Yorkais - surtout des personnes à faible revenu, des jeunes et des immigrants sans papiers - à voter sur la manière de répartir 30 millions de dollars dans leur quartier. 
 
À la suite de la présentation de la ville de Sherbrooke sur les circuits courts et comment lier les consommateurs aux producteurs, toute la question de la démocratisation de l'économie est soulevée avec l'économie sociale et les circuits courts. Il est clair qu'il existe une interdépendance non négligeable entre le rural et l'urbain. Malheureusement, nous sommes souvent témoins d'une compétition et non d'une complémentarité. Des exemples de réussite: les moutons de Paris, Agenda 21, les marchés de solidarité.

Dans l'après-midi une thématique féminine s'installe dans mes ateliers, où la potentialisation de la femme entrepreneure, les jeunes et les aînés sont considérés dans la planification économique.  L'agro-écologie est une approche politique en plus d'un outil politique. Voir Mali et Food Sovereignty -Équateur et Mali.


Voilà un compte rendu de ma participation au Forum social. Les grandes lignes demeurent pensez mondial mais agissez local

Solidifier les circuits courts avec des politiques d'achat local, la complémentarité du secteur rural et le développement collectif englobe les mutuelles, les coopératives et l'OBNL pour générer non seulement une conscience sociale, mais agir comme vecteur économique.  

Comme M. Coderre l'a si bien dit: Aujourd'hui, le développement social dépasse les discours de la gauche et de la droite du passé. Les gens peuvent être différents, mais unis avec l'économie sociale, nous devons être inclusifs
de tout.

Les 1 500 personnes présentes au Forum GSEF2016 à Montréal, provenaient de 330 villes de 62 pays. Ces leaders ont réaffirmé avec force qu’une ville plus intelligente, équitable et durable est possible et qu’un modèle de développement économique qui place l’être humain au centre de l’activité économique, sociale et politique existe. C'est ce qu'on appelle économie sociale et solidaire (ÉSS).

L’ÉSS vise simultanément l’efficacité économique, l’inclusion sociale, un développement durable et une participation accrue au fonctionnement de l’économie et du développement urbain. Les coopératives, les entreprises communautaires, les entreprises sociales, les mutuelles de crédit et d’assurance, la finance solidaire, les institutions à but non lucratif constituent ensemble l’ÉSS. Le secteur philanthropique et les investisseurs sociaux contribuent également à son développement. Bref, l’ÉSS englobe tous ceux qui ne placent pas le profit accru comme objectif principal ou exclusif de leurs activités économiques. Pour progresser, cette ÉSS doit prendre toute sa place aux côtés de l’économie privée et du secteur public.